Dimanche 9 Mai 2004, 16:02    

 

Bonjour à tous,

J’ai écrit ce témoignage le dimanche 9 mai 2004. Au delà d'un intérêt personnel à pouvoir exprimer ma douleur de père accusé injustement, j’ai souhaité vous apporter mon témoignage pour contribuer à une plus grande prise de conscience de ce que sont les accusations mensongères d'abus sexuels qui sont devenues une arme véritablement destructrice, une arme de soupçon si facilement employée pour détourner et utiliser une Justice irresponsable qui semble ne pas vouloir réagir à ce grave fléau de notre société.

Vous aurez ainsi un aperçu de ce que peuvent être les conséquences d'un monstrueux accusateur (qui est le plus souvent une accusatrice), les conséquences de la lenteur et parfois du laxisme de certains acteurs de notre institution JUSTICE, des conséquences effroyables pour ceux qui les subissent, notamment les enfants, et nous, pères innocents et victimes.


* * *

Vous rentrez un soir à la maison, votre femme et vos enfants ne sont pas là, les heures passent, ils ne rentreront jamais… l’angoisse vous remplit, (vous ne le savez pas) mais le schéma classique des accusations mensongères d’abus sexuels a déjà commencé.

Deux jours plus tard vous recevez une convocation de la Police pour « affaire vous concernant »: brigade d'intervention et de recherche, cela vous semble logique puisque vous avez déposé une main-courante pour abandon du domicile conjugal!

Au commissariat débute une garde à vue de 48 heures et la machine judiciaire se met en marche comme un rouleau compresseur qui détruit votre vie : la détention provisoire pendant des mois, l’horreur d’une des pires prisons de France, maintes fois citées dans la presse à ce sujet, les expertises de toutes sortes, les certificats de complaisance etc.

Depuis presque 28 mois la mère de mes enfants fait tout pour nous empêcher, moi et toute ma famille, de les retrouver, ce qui fait que ma vie n’est pas une Vie de Père.

Alors que je n’avais jamais eu affaire à la Justice, ni à la Police, j’ai découvert deux institutions que je ne soupçonnais pas et depuis presque 28 mois je suis privé de voir mes enfants, je suis sali, je souffre, c’est comme-ci j’avais été amputé d’une partie de moi-même.

Il m’a fallu des mois pour comprendre ce qui m’arrivait, que je n’étais pas dans un film ou un rêve (ou plutôt un cauchemar) et que tout cela était bien réel, que ma propre femme, la mère de mes enfants, m’avait trahi à coups de couteau en plein cœur, et de dos, m’accusant d’attouchements sexuels sur mes enfants, parce que je venais de lui dire que je voulais divorcer.

Grâce à un cabinet d’avocat Lillois judicieusement choisi par ma famille, je suis sorti de détention provisoire au bout de quelques mois. Les premiers mois je me réveillais 2-3 fois par nuit, en sursaut, ce n’est qu’à coup d’anxiolytiques, d’antidépresseurs et de consultations chez le psy que j’ai réussi à retrouver un sommeil plus paisible, je craquais régulièrement, pleurais dès l’évocation de la douleur d’un enfant (je me souviens de ce journal télévisé où le présentateur annonçait la chute d’une petite fille dans une cage d’ascenseur, ce jour-là, à table en famille, j’ai senti le désespoir monter en moi…) ; je ne compte plus ces occasions qui surviennent à tout moment de la journée ou une lame de fond me traverse, me remplissant de tristesse et de douleur et souvent aussi de larmes que j’essaye de cacher pour ne pas gêner mon entourage, je crois que je mourrais avec ce traumatisme récurrent.

En presque 28 mois de procédure, pas un élément n’est venu confirmer les accusations faites par ma femme, et je n’ai vu le juge d’instruction initialement chargé de mon dossier que 10 minutes à l’issue de la garde à vue, je n'ai jamais eu de confrontation avec la protagoniste de cette affaire, je dois continuer à vivre sans nouvelle aucune de mes enfants, j’attends, et j’attends toujours…

A ma sortie de détention provisoire, j’ai été placé sous contrôle judiciaire avec des obligations qui m’empêchent d’avoir une vie normale, sur le papier je suis « présumé innocent » mais notamment pas libre de mes déplacements. J’ai pu reprendre mon travail, j’ai dû trouver un nouveau logement auquel je n’ai pu accéder qu’en recourant à la cour d’appel puisque le magistrat instructeur ne répondait pas à mes demandes, tout cela avec des pertes financières considérables pour cause de mois de salaires perdus et de frais de Justice conséquents. L’affaiblissement recherché par la mère de mes enfants est évidemment, aussi, financier.

Ma famille et mes amis ont été et sont toujours d’un secours inestimable, à tout niveau, m’aidant de toutes les façons, me couvrant d’attentions et de cadeaux comme pour me détourner de mon triste sort qui les affecte inévitablement, mais leur plus beau cadeau c’est leur confiance car aucun ne m’a tourné le dos.

Dans mon nouveau « chez moi » j’ai consacré un endroit à mes enfants où je regroupe les quelques souvenirs qu’il me reste d’eux, les doubles de leurs photos que ma famille m’a procurés, les cadeaux que je leur ai achetés pour leurs anniversaires et leurs Noëls… de telle sorte qu’ils soient toujours présents avec moi, que je ne puisse faire un pas sans avoir une pensée pour eux, j’aurais trop mauvaise conscience. Tous les soirs avant de me coucher en regardant une photo « vieillissante » de mes deux p’tits bouts, je leur dis "au revoir" et leur souhaite une "bonne nuit".

Je m’inquiète beaucoup du travail de sape que j’imagine de leur mère pour détruire mon image et la relation que j’avais avec mes enfants, ceci aura inévitablement des conséquences plus ou moins dramatiques (j’ai lu que de nombreux spécialistes affirmaient que les effets d’une telle accusation sur un enfant peuvent être les mêmes que ceux produits chez un enfant réellement abusé).

Chaque jour, je me bats sans relâche dans l’attente de retrouver mes enfants, de continuer à les aimer encore et encore comme je les ai toujours aimés, de compenser les moments définitivement perdus que nous n’aurons pas vécus ensemble (je n’ai jamais entendu la moindre parole de mon plus petit qui a presque quatre ans) ; il est aussi important que je retrouve ma dignité d’homme et de père, j’ai cru un temps que la Justice serait, rapidement, à la hauteur...

Il y a quelques mois j’ai fortuitement appris où mes enfants habitent et quelle école ils fréquentent, pour les besoins de l’enquête en cours il m’est interdit de rentrer en contact avec mes enfants ou ma femme, mais je pourrais maintenant obtenir la copie de leurs bulletins scolaires, ce sera déjà beaucoup puisque je n’ai plus aucune nouvelle de mes deux petites têtes blondes depuis trop longtemps.

L’instruction judiciaire menée avec une constatable lenteur n’a évidement rien démontré ; l’instruction est actuellement menée par une nouvelle juge d’instruction, la précédente ayant été dessaisie, après 26 mois de procédure, curieusement quelques mois après que j’ai attiré l’attention de notre Ministre de la Justice, Dominique PERBEN, sur la manière dont était alors menée la conduite de cette instruction:

le dossier de la procédure précise que la juge d'instruction a été dessaisie au motif que ses enfants sont dans la même école que ma fille (dont il est justement question dans ce dossier)!!! Quand on sait qu'il s'est écoulé 26 mois entre le début de la procédure et cette soi-disant constatation (survenue 6 mois après la dernière rentrée des classes) cela amène inévitablement à se poser des questions sur l'attitude adoptée, et la réelle impartialité de cette magistrate qui habite donc dans la même ville que la mère de mes enfants et qui selon toute probabilité a déjà rencontré ou ne serait-ce que croisé la mère de mes enfants dans l'établissement scolaire en question!!!

Mais l’instruction dure toujours et encore, détruisant chaque jour un peu plus l’excellente relation qui existait entre mes enfants et moi. Après que la nouvelle magistrate ait été nommée, j’ai été interrogé en avril 2004 pour la première fois durant trois heures de questions ininterrompues, avec très peu de questions dans le sens de ma décharge... j’attends la suite.

Je ne baisse pas les bras, je pense à mes enfants chaque jour, je me bats inlassablement pour eux, y compris face aux écoles qui me refusent les photos de classe et les cadeaux de Fêtes des Pères… tout cela sans oublier la procédure de divorce pour faute dans laquelle je suis évidemment accusé des même faits « présumés ».

J’essaye d’imaginer la vie de mes enfants, leur silhouette qui a dû bien changer… ils sont présents partout dans ma Vie, de grandes photos dans mon salon, d’autres dans ma chambre, en fond d’écran sur mon ordinateur, des cadres et dessins sur mon bureau au travail, et j’ai aussi déposé sur un meuble chez moi tous les cadeaux que je n’ai pu leur offrir depuis 28 mois : une profusion de peluches, jouets, cassette vidéo, albums photos, livres, CD etc. Il ne sera jamais trop tard pour leur offrir.

Je ne me fais pas d’illusion sur le jour où je serai blanchi, « personne ne réparera », ce qui aura été perdu le sera définitivement, ce sera à moi de reconquérir mes enfants qui auront été montés contre moi, de compenser tout ce que nous aurons perdu à jamais mais… j’ai, et j’aurai la force, car elle me vient du cœur, c’est l’Amour d’un Père pour ses Enfants.

J’imagine souvent mes retrouvailles avec mes enfants, ce jour-là j’essayerai de dissimuler mon émotion pour qu’ils ne ressentent pas trop ma douleur passée, et il sera bien temps de compenser notre séparation. Je me permets de penser que nous vivrons à partir de cet instant là des moments d’une intensité telle, que nous ne les aurions jamais vécus sans ces affreuses accusations de leur propre mère. Je n’arrive pas à imaginer comment un être « humain » peut en arriver là : être si monstrueux.


* * *

Voilà ce que l’on appelle la présomption d’innocence en France, des accusations gratuites dont les conséquences judiciaires et sociales sont la destruction toute aussi gratuite de votre vie, une destruction à laquelle contribue par bien des façons une justice inadaptée, lente, très lente... et parfois partiale, à ce schéma pourtant classique des accusations mensongères d’abus sexuels.

Ces mères « qui n’en sont plus vraiment » ne risquent vraiment pas grand chose en portant de telles accusations mensongères ! Combien faudra t-il d'affaires "OUTREAU" et de morts reconnus innocents post-mortem pour que nos politiques daignent agir?

Si seulement les politiques actuels, si réformateurs, assumaient toutes leurs responsabilités, s'ils adaptaient les procédures et si, surtout, ils modifiaient les peines encourues au même titre que cela a été fait pour la sécurité routière, l’Etat pourrait aussi se vanter d’avoir des résultats probant pour la sécurité «familiale, infantile et paternelle» ; ces «mères qui n'en sont plus vraiment» prenant alors conscience des vrais risques qu’elles encoureraient.

Cela dit la relève n’a pas attendu, je constate régulièrement dans mes consultations associative,s au sein de forums, ou lors de réunion départementale que «l’éloignement géographique volontaire et injustifié» est la nouvelle arme que certaines mères utilisent pour entraver la vie, le rôle des Papas, et surtout leurs relations avec leurs enfants.

Puissent les Politiques m'entendre et réagir, et notamment Monsieur le Ministre de la Justice, Dominique PERBEN, père de 3 enfants, que j'ai interpellé en ces termes dans un courrier datant d'octobre 2003... et resté sans réponse de sa part ou de l'un de ses collaborateurs

Courage à tous, battons nous avec Amour et énergie, nous le devons à nos enfants, coûte que coûte.

Un PAPA

 

 

 

Vendredi 24 Sep 2004, 8:30    Sujet du message: Du nouveau


Bonjour à tous,

après plus de deux ans et demi d'instruction, 3 juges d'instruction qui se sont succédés (dans l'ordre : 2 femmes, 1 homme (dont une désaisie dans des conditions "particulières"), un seul interrogatoire de 3 heures, je viens d'apprendre que mon dossier est clôturé, sans même qu'il y ait eu confrontation avec la protagoniste de cette affaire :

la mère des mes enfants, qui est encore mon épouse

Mon dossier est entre les mains du procureur de la république de Lille, en attendant la décision finale du magistrat chargé de mon dossier: "non-lieu ou renvoi devant le tribunal".

En résumé: 3 ans d'instruction, 3 heures d'interrogatoire, 3 victimes (mes 2 enfants et moi).

A suivre...




Mardi 19 Oct 2004, 13:57    Sujet du message: Interpelation de Dominique PERBEN


Pour information, voici un extrait du courrier que j'ai envoyé à Dominique PERBEN en octobre 2003.


Citation:

...Notre Justice doit s’adapter aux évolutions de notre société ; je pense qu’ il est ainsi grand temps de définir d’une part, des procédures judiciaires adaptées à ce contexte d’ « arme du soupçon » que sont les accusations mensongères d’abus sexuels, d’autre part de punir sévèrement les mères qui se rendent coupables d’accusations mensongères. Le nombre de ces accusations a explosé depuis quelques années sans que la Justice de notre pays ne semble avoir réagi, malgré le groupe de travail constitué pour réfléchir à ce phénomène ; les accusations d’abus sexuels sur les enfants en bas âge devront-elles encore demeurer longtemps l’arme absolue pour éliminer un père et se venger d’un conjoint lors des procédures de divorce ?

A propos d’enfants, il va de soi que le combat des pères dont je fais partie, celui de la Justice, celui des associations de défense de l’enfance, est le même : nous nous battons pour le bien-être et la protection de nos enfants, face aux personnes malintentionnées qui, très malheureusement, se rendent coupable de maltraitance en abusant de nos enfants physiquement et/ou psychologiquement.

En dépit de mon immense souffrance, vous aurez compris que je ne me bats pas pour moi, mais pour mes enfants d’abord, et que je ferai tout ce qui en mon pouvoir, légalement, pour que Justice soit faite. Je crois en notre Justice, et j’attends de vous que cette instruction soit menée dans un total respect des textes de loi, de ma présomption d’innocence, et que tout soit mis en œuvre afin que lumière soit faite dans ce dossier, le plus rapidement possible, il y va de la sauvegarde de mes enfants.

Il était ainsi de mon devoir de père et de citoyen, de vous alerter de la manière dont je pense que cette instruction est menée, j’espère que vous apporterez à mon courrier toute l’attention que mes enfants et moi-même méritons, que vous concourerez à rendre au plus tôt à mes enfants leur père qui contribuait jusqu’alors à leur équilibre affectif, éducatif et psychologique.

J’espère enfin que vous contribuerez à l’évolution de la Justice et des lois face à ce fléau de notre société.

Je vous prie de recevoir, Monsieur le Ministre, l’expression de ma plus respectueuse considération.


Copie de la présente lettre adressée ce jour à l’association SOS PAPA


L'extrait présenté est resté sans réponse.

Je précise toutefois que le reste de mon courrier était plus personnel (au sens où il dénonçait le laxisme et la partialité de la juge d'instruction chargée de mon dossier pénal à cette époque), et que la suite indirecte donnée à cette partie de mon courrier s'est faite sous la forme d'une réponse du Procureur de la République de LILLE, Philippe L..., qui m'a adressé un courrier où il m'informait avoir demandé au magistrat instructeur de remédier aux difficultés que j'avais soulevées dans mon courrier adressé au Garde des Sceaux (Dominique PERBEN).

Comme mentionné dans mon témoignage précédent sur le "schéma classique des accusations mensongères", la juge en question a curieusement demandé son dessaisissement 2 mois après avoir été rappelée à l'ordre par son plus haut supérieur hiérarchique local, celle-ci a invoqué le fait que ses enfants étaient dans la même école que ma fille... elle se serait donc rendue compte de cela 6 mois après la rentrée des classes, et 26 mois après le début de l'instruction... de qui se moque t-on

 

 

 

 

 

Lundi 27 Déc 2004, 13:18    Sujet du message: 24 décembre !


Bonjour,

voici les dernières nouvelles concernant mon affaire :

j'ai reçu le 24 décembre un courrier recommandé du Tribunal de Grande Instance qui m'informait que je suis renvoyé devant le tribunal correctionnel pour y être jugé.

Le "shéma classique des accusations mensongères d'abus sexuel", shéma adopté par la mère de mes enfants, continue son bonhomme de chemin... son but étant sans nul doute de me priver de mes enfants suite à l'annonce que je lui avais faite de vouloir divorcer.

Utilisant stratégiquement la Justice française dans son extrême lenteur mais aussi ses dysfonctionnements, mon épouse a jusqu'à présent usé et abusé du "jeu" des accusations mensongères pour arriver à ses fins: nous priver mes enfants et moi-même de pouvoir continuer à avoir des relations familiales "père-enfants" (après notre séparation de couple), sans jamais se soucier des conséquences que pourra avoir la privation infligée à mes enfants de tout ce que leur père aurait pu leur apporter et de tout ce qui leur aurait permis de se construire avantageusement pour leurs vies futures.

Mon avocat contacté ce matin m'informe que les éléments de mon dossier permettent sans nul de doute de plaider la relaxe... il me faudra encore cependant m'armer de patience, puisqu'en attendant le verdict je resterai privé de mes enfants probablement encore de nombreux mois. Il y a fort à parier que ces mois continueront à être destructivement utilisés afin de continuer l'aliénation parentale organisée par la mère de mes enfants.

Me concernant, et depuis presque 3 ans, certains moments ont été très difficiles, mais je suis fort est je vais continuer à l'être, je vais continuer à me battre pour mes enfants que j'aime de tout mon coeur et que je n'abandonnerai jamais, malgré les turpitudes organisées par leur mère. C'est l'immense grandeur de mon amour paternel qui fait ma force.

Sur ce forum, tout en continuant dans ma vie à traverser vents et marées, je vais continuer à vous aider et à vous soutenir, Père ou Mères... autant que je le pourrai.

Je continuerai aussi à dénoncer ces attitudes tant de "mauvaises mères" que de la Justice elle-même, afin de contribuer à ce que d'autres enfants et d'autres parents ne connaissent pas l'horreur et la douleur de ce que je traverse depuis près de trois ans.

 

 

 

 

Lundi 7 Fév 2005, 10:34    Sujet du message: Le civil progresse...



Bonjour,

dans quelques jours cela fera 3 ans que ma famille et moi-même n'avons plus jamais revu mes enfants suite aux accusations mensongères de mon épouse (et mère de mes enfants) qui est à l'origine de tout un contexte très procédurier :

- 1 procédure pénale (à mon encontre pour de soi-disants attouchements)
- 1 procédure civile mutuelle pour divorce pour faute
- 1 procédure civile (à son encontre pour non-respect du droit de visite et d'hébergement des grands-parents)

Le juge des affaires familiales vient de rendre une ordonnance de clôture pour les deux affaires civiles avec plaidoiries fixées pour fin mars... les choses avancent, il serait temps, la justice s'illustre toujours dans son immobilisme et sa passivité... mais les méchant(e)s finissent toujours par payer...



 

 

Samedi 19 Fév 2005, 14:02    Sujet du message: Trois ans déjà


Merci à vous tous et toutes de votre inestimable soutien.

Je me bats de toutes mes forces, même si je ne suis animé d'aucune haine, d'aucune férocité... malgré la haine et le machiavélisme de la mère de mes enfants à mon égard, celle qui est encore mon épouse.

La seule chose qui m'anime est l'amour paternel que j'ai pour mes enfants... et ma participation à notre combat à tous et toutes pour retrouver, voire sauver nos enfants (nos petits-enfants pour certains ).

J'ai la chance depuis quelque temps d'être épaulé par une grande Amie qui à sa façon regonfle mes batteries dont la puissance et la capacité de recharge s'amenuise avec le temps, comme quoi la vie réserve aussi de belle surprise lorsque l'on ne s'y attend plus... tout n'est pas rose dans ce monde cruel, mais il y a des personnes formidables, des Papas et des Mamans formidables.

Cela fait trois ans aujourd'hui que je n'ai plus revu mes enfants, je pense très fort à eux, je les aime très fort.

Je tiendrai jusqu'au bout.

A bientôt

 



 

Mardi 1 Mar 2005, 19:33    Sujet du message: Audience au tribunal correctionnel


Bonjour à tous et toutes,

après plus de 3 ans de calvaire, d'intenses souffrances mais surtout l'incommensurable douleur d'avoir été totalement privé de mes enfants qui me manquent tellement, je vois enfin le bout du tunnel.

Sans pour autant savoir ce qui m'attend à sa sortie, je me sens quelque part soulagé de savoir que cette cruelle histoire et cette parodie de justice touchent à leur fin.

Je suis convoqué devant le tribunal correctionnel le 9 mai à 14h00 pour être jugé suite aux horribles accusations mensongères que ma femme n'a pas hésité a porter contre moi quelques jours après que je lui ai annoncé mon intention de divorcer.

J'espère que ceux qui pourront venir seront à mes côtés pour me soutenir dans cette épreuve.



 

 

Mercredi 16 Mar 2005, 21:57    Sujet du message: encore merci


La Familia,

encore merci de ces quelques lignes qui sont autant de soutien pour mon très dur combat.

Ce combat contre une mère qui à mes yeux n'en est plus une ; en tant que mère (même si je suppose qu'elle ne fait pas mal physiquement à nos enfants) je ne peux que considérer qu'elle est un vrai monstre... ceci car elle n'a pas hésité un seul instant à se servir de nos enfants pour régler des comptes d'adultes qu'elle était incapable de régler seule, elle n'a pas hésité à utiliser nos enfants comme des armes de guerre, sans penser un seul instant que ce sont nos enfants avant tout qu'elle détruit, dont elle détruit l'avenir, leurs fondations auxquelles j'ai participé en donnant le meilleur de moi-même pendant des années.

Elle tente de détruire le père de nos enfants, elle a totalement détruit l'image du père que peuvent avoir de moi mes enfants, sans compter toute ma famille qu'elle tente de discréditer à coup d'attestations quasi-exclusivement familiales, qui sont autant de mensonges et d'attestations de complaisance pour servir la cause de celle qui est encore "mon épouse".

Quoiqu'il en soit, même si je suis un homme et un père brisé, je ne suis pas détruit, je ne sais comment je peux avoir encore aujourd'hui autant de force pour mener ce combat contre la mère de mes enfants, mais aussi contre une justice lente, partiale, pleine de dysfonctionnements.

Bien sûr tout au long de ces 3 années écoulées, j'ai eu des hauts et des bas, mais je me suis toujours relevé, tout le monde s'en étonne, moi le premier... peut-être l'instinct de survie pour ménager l'instinct de protection du père que je suis, dans l'unique intérêt de mes enfants.

De toute façon c'est la dernière ligne droite, celle qui m'a accusé de dos, là où elle ne savait plus comment m'atteindre après avoir tout essayé, à décidé de s'en prendre à mon seul talon d'Achille (mes enfants). Cette fois, elle va devoir m'affronter de face et affronter le regard des très nombreuses personnes qui me soutiennent et qui seront là le jour du procès...

Je suis convaincu qu'un jour la vérité triomphera, et ce jour là cette femme, piètre mère, devra assumer ses responsabilités, devant nos enfants, devant la justice, devant sa famille, devant la mienne, devant sa conscience, ses collègues et peut-être devant Dieu lui même...

Ce jour là elle comprendra... sa douleur.

Je ne souhaite à personne de vivre ce que j'ai vécu, 3 ans d'immense souffrance à devoir se défendre et tout faire pour retrouver mes enfants que j'aime de tout mon cœur. 3 ans de perdu, mais trois ans où je suis devenu encore plus humain, et où j'ai prouvé par tous les moyens que j'étais et que je reste un très bon papa.

Les semaines qui arrivent vont être décisives...

 



 

Mardi 22 Mar 2005, 19:53    Sujet du message: Merci MARIE


Merci MARIE,

tes messages me font toujours du bien, comme ceux de tous (et toutes) les autres...

Après un passage à vide, je reprends du poil de la bête, la dernière ligne droite est bien entamée, deux audiences civiles cette semaine, et le fameux procès tant attendu le 9 mai... je pense que la mère de mes enfants à des soucis à se faire, "qui sème le vent récolte la tempête".

Etre déjà là "en pensée" le 9 mai sera pour moi une grande force, je suis particulièrement fier et réconforté d'être aussi autant soutenu par des Mamans qui ont su voir ma vraie valeur de Papa voire d'homme (et notamment l'une d'entre elle à qui je pense beaucoup... et que j'aide autant que je peux dans son propre combat ; malgré la complexité de mon affaire et les cruelles souffrances endurées, je ne me suis jamais considéré comme le centre du monde, bien au contraire...).

Encore merci Marie, à bientôt.

 



 

Mardi 10 Mai 2005, 10:30    Sujet du message: Audience du 9 mai 2005


Bonjour à tous et toutes

Voici les nouvelles de l'audience pénale qui s'est tenue hier, lundi 9 mai 2005.

Je suis sorti du Tribunal après près de 4 heures d'audience forcément éprouvantes (pour tout le monde).

Face à un Président qui était très à l'écoute des différents intervenants, je me suis senti pour une fois écouté, et j'ai pu m'exprimer librement, ce qui n'avait pas vraiment été le cas jusqu'à présent dans cette affaire dont la protagoniste est mon épouse, la mère de nos enfants, et dans un dossier où la justice n'a pas toujours été rigoureuse, et où les difficultés de l'instruction ont été évoquées par les acteurs de la justice eux-même.

Mon épouse était présente, je ne l'avais plus revue depuis le 27 juin 2002, date de notre audience pour tentative de conciliation devant le JAF dans le cadre de notre procédure de divorce.

Au moment de son réquisitoire, le procureur a selon moi eu une attitude assez inhabituelle dans ce genre d'audience, à savoir qu'il a tout simplement demandé à la cour de faire le choix entre me relaxer ou me donner la peine maximum (soit 7 ans d'emprisonnement), selon la version que la cour souhaitera retenir : la mienne ou celle de épouse.

L'avis n'est donc curieusement pas tranché !

Mon avocat qui est intervenu en dernier m'a semblé excellent, très démonstratif, loyal et faire-play.

La décision a été mise en délibéré au 23 mai prochain.

Quoiqu'il en soit c'est encore une étape de franchie dans ma vie et je reste bien évidemment optimiste sur le verdict à venir.

A bientôt.

 

 

 

 

 

 

Mardi 10 Mai 2005, 11:03    Sujet du message: Un grand merci


Un grand merci à tous et toutes pour votre soutien, pour vos messages d'encouragements qu'il soient téléphoniques, par mail, par message privé, par SMS etc...

Vous m'avez donné et me donnez la force de me battre encore et encore.

 

 



Mardi 17 Mai 2005, 8:29    Sujet du message: Une fois de + : Merci


Merci à vous tous et toutes:

- ceux et celles avec qui je converse régulièrement,
- et "les nouveaux" que je découvre (Heichtein, Trolys...)

Depuis le 9 mai, j'essaye de rester le plus possible dans le calme et la sérénité, je me repose beaucoup, après ces trois ans passés à me défendre et à me battre contre mon "épouse" et contre la "justice", je suis fatigué et j'ai le contrecoup.

Ce constat fait, j'ai cependant le moral, je suis optimiste et j'entrevois le bout du tunnel... encore quelques jours et je serai fixé.

La grande question qui se pose déjà est : si je suis relaxé (et donc reconnu innocent des accusations que mon épouse a choisies de porter contre moi) celle-ci fera t'elle appel pour perséverer dans cette voie de l'ignominie, ou aura t-elle un regain d'humanité et surtout de maternité qui fera qu'au-delà des comptes qu'elle n'a pas su régler avec moi "en adulte", elle se rendra enfin compte qu'elle a aussi détruit nos enfants et qu'il est bien temps de mettre fin à toutes ses monstruosités en pensant vraiment à nos enfants plutôt qu'en les utilisant ?.

J'espère pouvoir vous annoncer une bonne nouvelle dès lundi soir (23 mai) et peut-être d'autres à venir très prochainement, puisqu'en effet les décisions relatives à 2 autres procédures (Affaires Familiales cette fois)sont également mises en délibéré au 26 mai. Nul doute la semaine prochaine sera décisive.

A bientôt.

 



Dimanche 22 Mai 2005, 23:08    Sujet du message: Encore un merci...


Et oui... encore un merci pour me soutenir et m'accompagner toujours et encore dans ce difficile combat.

C'est la toute dernière ligne droite, verdict demain (enfin... tout à l'heure), je vous tiens au courant.

A très bientôt

 



Lundi 23 Mai 2005, 16:08     Sujet du message: Enfin reconnu innocent..


Bonjour,

j'ai le plaisir et l'honneur retrouvé de vous annoncer qu'après 39 mois de mise en examen, 2 mois et demi de détention provisoire suite à des accusations de soi-disant attouchement sexuel portées à mon encontre par mon épouse (la mère de mes enfants)... qu'après des difficultés reconnues de l'instruction de mon dossier, la Justice vient de me relaxer.

Je suis donc officiellement reconnu innocent de ce pourquoi mon épouse a choisi de m'accuser dans un contexte de divorce, pour priver mes enfants de voir leur père et vice-versa.

Je rends hommage aux magistrats qui ont rendu cette décision, une décision qui estompe celles d'autres magistrats qui ont contribué à une justice injuste, inhumaine et hasardeuse dont les victimes aussi et toujours sont mes enfants.

Je suis heureux pour mes enfants, je vais bien sûr continuer avec encore plus de force dans mon amour paternel à me préoccuper de mes enfants et tout faire pour reprendre la place qui m'a été inhumainement volée.

Comme quoi en ne baissant jamais les bras, on peut arriver à des résulats qui auraient pu être inespérés.

Courage à vous toutes et tous dans vos procédures respectives, il faut toujours avoir espoir, et trouver la force de tout faire pour continuer à aimer et protéger nos enfants.

 

 

 

Samedi 11 Juin 2005, 16:09    Sujet du message: La roue tourne


Bonjour à tous et toutes,

la roue tourne, puisque j'ai été innocenté le 23 mai dernier par le Tribunal de Grande Instance de LILLE.

Vous pourrez suivre les suites de cette sombre histoire dont la "mère" de mes enfant est à l'origine, dans le nouveau post "Notre PAPA" : enfin innocenté après 39 mois !!!

Encore merci de tout votre soutien, dont j'aurai encore bien besoin puisque les "choses" ne sont pas terminées... la "mère" de mes enfants, mon épouse, a choisi de poursuivre dans la voix du machiavelisme et de l'irresponsabilté parentale, en faisant appel...





Lundi 7 Nov 2005, 8:48    Sujet du message: La suite de mon histoire....


Bonjour,

Vous trouverez la suite de mon histoire dans un nouveau sujet qui marque un grand tournant dans ma vie : ma relaxe intervenue le 23 mai 2005...

"Notre PAPA" : enfin innocenté après 39 mois !!!

 




Mardi 24 Jan 2006, 21:39    Sujet du message: Et non... je n'ai pas revu mes enfants


Bonsoir Barbapapa,

Et non... je n'ai pas revu mes enfants, et cela fera bientôt 4 ans !!!

Malgré le soi-disant principe de présomption d'innocence, pendant les presque 3 ans et demi qu'à duré ma mise en examen, depuis février 2002 :

- j'ai connu la détention provisoire
- j'ai subi un contrôle judiciaire m'empêchant entre autre de rencontrer mes enfants....
- mon autorité parentale m'a été retirée ("provisoirement", je cite le JAF... c'était le 29 juin 2002 !!!)
- aucun droit de visite ou d'hébergement ne m'a été attribué

En mai 2005 j'ai été relaxé, et alors que je n'ai évidemment plus de contrôle judiciaire, aucun droit ne m'a été restitué :

- toujours pas d'autorité parentale
- toujours pas de droit de visite et d'hébergement

C'est deux derniers points ont été mis en sursis à statuer par le courageux Juge aux Affaires Familiales qui a prononcé notre divorce, sans prendre de décision relative aux enfants !!! Ceci en attente de la décision pénale définitive...

En effet, la mère à fait appel de ma relaxe...

L'appel aura lieu dans trois semaines, 9 mois après ma relaxe...

Une seule consolation, mes parents, eux-aussi privés de voir mes enfants (leurs petits-enfants), ont gagné le procès qu'il ont intenté à la mère pour voir respecté le DVH des grands-parents (puisque celle-ci conjointement à la plainte qu'elle a déposée contre moi en 2002 a privé mes enfants du jour au lendemain de voir toute ma famille).

Dans la procédure des grands-parents, la mère à aussi fait appel, et contre toute attente a aussi fait un référé pour tenter de suspendre leur droit de visite...

La mère a été déboutée en référé
L'appel n'a pas encore eu lieu !

Mes parents revoient les enfants depuis 6 mois, mais pas moi, je n'ai plus aucune interdiction mais aucun droit non plus... je n'en dis pas plus pour l'instant

Malgré tout cela, et si tout est relatif, j'ai une pêche d'enfer par rapport à tout ce que j'ai pu traverser (détention provisoire etc...), je n'ai jamais été aussi près du but: sauver mes enfants de leur mère qui, entre autre, les détruit depuis 4 ans.

A suivre...

Alors pour l'instant, pas question de déposer une plainte pour dénonciation calomnieuse tant que je n'ai pas été définitivement blanchi, ça ne saurait tarder

Le préjudice, notamment moral, est indéniable, ma vie est détruite depuis 4 ans, mais je survis... et je survivrai, mais que penser de celles de mes enfants ? Les séquelles pour eux seront pour certaines irréversibles, c'est une triste certitude.

Mais je suis certain de ma qualité et de ma capacité de père à restaurer grandement les liens qui ont été abusivement et volontairement détruits (par leur mère) entre mes enfants et moi... avec encore une fois la complicité de certains acteurs policiers et d'une juge d'instruction qui n'a rien a envier au juge burgault, et dont les difficultés causées dans mon instruction ont été reconnues par le garde des sceaux et le procureur de la république... mais cela n'a rien changé au cours des choses, le rouleau compresseur était lancé, le même que celui d'Outreau.

La justice a un seul rouleau compresseur, seul le juge d'instruction qui le conduit, change !
Cette fois-ci c'est moi qui ai fait long

A bientôt
Pour le champagne

 



Vendredi 10 Fév 2006, 21:44    Sujet du message: Appel de ma relaxe reporté


Bonsoir,

Alors que cela fera bientôt 4 ans que j'ai été accusé par la mère de mes enfants de soi-disant abus sexuels que j'aurais commis sur notre fille (ces accusations étant survenues 12 jours après que je lui ai dit être allé voir un avocat pour divorcer),

Alors que j'ai abusivement connu la détention provisoire, un contrôle judiciaire durant 3 ans,

Alors que la juge d'instruction en charge de mon dossier a été dessaisie suite à mon intervention auprès du Garde des Sceaux Dominique PERBEN,

Alors que surtout je n'ai jamais revu mes enfants depuis près de 4 ans et que aucun droit ne m'a été restitué par le Juge aux Affaires Familiales malgré ma relaxe prononcée en première instance (au terme de plus de 3 ans de mise en examen),

Alors que la mère a fait appel et que j'ai dû attendre des mois pour qu'ait lieu cette audience en appel,

J'ai appris cet après-midi que le procès en appel qui devait avoir lieu la semaine prochaine (date prévue depuis 9 mois) a été reporté à une date ultérieure inconnue, à la demande de la partie adverse dont l'avocat a invoqué son indisponibilité pour cette audience (donc : 5 jours avant l'audience)!!!

La cour d'appel de DOUAI a accepté d'ordonner un report

Je me vois donc contraint d'attendre encore et encore sur la seule volonté de la partie adverse, alors que le JAF attendait justement ce jugement pour statuer sur mes droits parentaux et mon Droit de Visite et d'hébergement.

Voici encore un bel exemple du fonctionnement de la justice française et une belle démonstration de la vraie nature des mères qui portent des accusations mensongères d'abus sexuels dans le cadre de divorces conflictuels... avec semble t-il une certaine complicité de leurs avocats.

Pendant ce temps-là, grâce à l'injustice, la mère continue de garder nos enfants en otages, avec toute liberté pour les manipuler et détruire mon image dans le seul but de nourrir les accusations mensongères que cette "mère" a choisies de porter contre moi parce que j'allais la quitter...

Précision importante : la justice française me fait vivre tout cela alors que je suis présumé innocent, cela peut vous arriver à tous !

 



 

Mercredi 15 Fév 2006, 21:45    Sujet du message: La présidente a accepté


Bonsoir à vous tous qui me soutenez depuis si longtemps, et à ceux qui découvrent mon histoire...

Je donne suite à ma présentation ce jour devant la cour d'appel

Je me suis présenté avec mon avocat devant la cour comme convenu, soutenu comme toujours par ma famille, mes amis et bien sûr... mon avocat.

Nous avons eu la surprise de retrouver sur place la mère de mes enfants malgré le report invoqué par son avocat (5 jours avant cette audience prévue depuis 9 mois !).

Au début de l'audience mon avocat s'est entretenu avec le conseil de la mère de mes enfants, eu égard à cette manoeuvre de dernière minute...

Faisant suite à cet entretien et à la demande de mon avocat la Présidente du tribunal m'a accordé de prendre la parole malgré le report d'audience !

Je suis venu à la barre où l'on m'a annoncé :

un report d'audience en appel de 8 mois (soit en octobre 2006 alors que j'ai été relaxé en mai 2005 !!!)

La présidente a justifié cette date du fait de la charge des tribunaux en me faisant valoir qu'il n'était pas possible de faire autrement, j'ai même eu un semblant d'excuses...

J'ai alors pris la parole durant environ 5 minutes pour replacer cette affaire dans son contexte depuis le début et faire état de ce que je vis et de ce que vivent mes enfants depuis 4 ans. Je n'ai pas manqué de faire valoir, entre autres, la destruction de mon image et de ma place de père en ne donnant qu'un seul exemple démonstratif de la nature et de la dangerosité de la mère : qu'il avait été établi en première instance que la mère faisait toujours croire à nos enfants que j'étais en prison (et ce: 3 ans après ma libération de détention provisoire) et que ceci s'inscrit de fait dans un schéma adopté par la mère (depuis 4 ans) d'accusations mensongères d'abus sexuels où l'une des armes qui vise à entretenir ce schéma est l'exclusion parentale et familiale...

J'ai insisté sur le fait que ce report allait reporter d'autant les décisions du Juge aux Affaires Familiales, relativement à mes droits parentaux - décisions qui sont suspendues (malgré la présomption d'innocence et malgré ma relaxe en première instance) à la décision pénale définitive qui devait intervenir aujourd'hui

Mon avocat a alors demandé à la présidente de rendre un avis motivé de la cour d'appel me permettant de saisir le juge aux affaires familiales afin qu'il puisse statuer sur mes droits dès maintenant.

La présidente a accepté.

Voilà les dernières nouvelles pour ce soir,

La mère a certes gagné une bataille en demandant abusivement un report... le bilan de la journée ne fait aucun doute: tout ceci ne plaide pas en sa faveur et la discrédite encore un peu plus !

A suivre...

Un papa fier de se battre corps et âme pour ses enfants

 



 

Samedi 30 Sep 2006, 16:38    Sujet du message: 11 OCTOBRE !


Bonjour,

Il est toujours aussi réconfortant d'être épaulé par vous tous et toutes, la date de l'appel concernant cette procédure a été fixée au 11 octobre... la fin de cet inhumain cauchemar approche.

Je vous tiendrais bien sûr au courant... à bientôt



 

Vendredi 13 Oct 2006, 13:08    Sujet du message: AUDIENCE EN APPEL A DOUAI


Bonjour,

L'audience en appel concernant les accusations mensongères portées par mon ex-épouse à mon encontre il y a 4 ans et demi - et pour laquelle j'ai été successivement placé en détention provisoire, puis libéré sous contrôle judiciaire, puis relaxé (en première instance) sans pour autant n'avoir jamais revu mes enfants depuis 4 ans et demi - s'est donc tenue ce mercredi à Douai.

Outre les messages de soutien que j'ai pu recevoir ça et là, par mail, par téléphone, sur des forums etc, j'ai été également soutenu sur place, par une douzaine de personnes: famille, amis, voisins, commerçants... et même un délégué SOS PAPA.

Je vous adresse un GRAND MERCI à vous tous.

* * *

L'audience fût rude (pour les deux parties) et a duré environ deux heures.

A l'issue des questions posées par la Présidente, tant à moi, qu'à mon ex-épouse (la mère de "nos" enfants), l'avocat général et l'avocat de mon ex-épouse, ont successivement pris la parole.

L'avocat général n'a fait aucune réquisition me concernant, précisant que le parquet n'ayant pas fait appel (NB: seule mon ex-épouse a interjeté appel de ma relaxe prononcée en première instance) il s'en remettait à la décision de la Présidente de la Cour.

L'avocat de mon ex-épouse a fait sa plaidoierie sans aucun ménagement à mon égard...

Mon avocat a terminé cette audience en développant et en argumentant sa plaidoirie, je le pense avec un grand professionnalisme, une très grande connaissance de mon dossier, sans lui non plus, échanges de "bons" procédés, ménager la partie adverse...

Je précise également que lors du prononcé de notre divorce, en juin 2005, le juge aux affaires familiales avait rendu un sursis a statuer dans l'attente de la décision pénale définitive, en ce qui concerne mes droits parentaux, ce que mon ex-épouse a su machiavéliquement utiliser... en effet, après avoir interjeté appel de ma relaxe il y a 17 mois, elle avait réclamé lors de l'audience en appel initialement prévue le 15 février 2006, que celle-ci soit reportée au "motif" que ni son avocat ni aucun de ses collaborateurs n'étaient disponibles ce jour-là !

Le report fût fixé à 8 mois.
Ce qui a retardé d'autant la fixation de mes droits parentaux qui sont pendants du délibéré de cette audience du 11 octobre 2006.

Le délibéré de l'audience a été fixé au 25 octobre 2006.

Je croise les doigts, avec une énorme pensée pour mes enfants que j'espère pouvoir retrouver au plus tôt en retrouvant ma place et mon image, auprès d'eux.

 



Mercredi 25 Oct 2006, 15:45    Sujet du message: Relaxe confirmée après 17 mois d'interminable attente


Bonjour tous et toutes,

J'ai l'honneur et la fierté de vous annoncer qu'après plus de 4 ans et demi de procédures acharnées, la mère de nos enfants vient de perdre sa 5ième procédure contre ma famille (mes parents et moi), dans un contexte procédurier de séparation conflictuelle où la mère de nos enfants n'avait pas hésité à m'accuser d'attouchements sexuels que j'aurais commis sur notre fille !

Au delà des difficultés d'instruction qui ne sont pas sans rappeler celles de l'affaire Outreau, la Cour d'Appel (dans toute sa clairvoyance), vient de confirmer la relaxe qui avait été prononcée en ma faveur il y a 17 mois par le Tribunal de Grande Instance.

Je précise que lors de l'audience en appel initialement prévue 9 mois après la décision de première instance, dans sa stratégie d'exclusion parentale, la mère avait demandé un report d'audience de manière in extremis en invoquant la prétendue indisponibilité de son avocat, ce qui avait eu pour effet de proroger cette interminable attente (initialement prévue de 9 mois), de 8 mois supplémentaire, portant à 17 mois le délai écoulé entre la décision de première instance et celle prononcée en appel !!!

Dans tout ce contexte, malgré la présomption d'innocence, malgré ma relaxe ordonnée en première instance, le Juge aux Affaires Familiales du TGI avait cependant rendu une décision de sursis à statuer sur mes droits parentaux et ceci dans l'attente de la décision pénale définitive... sans m'accorder le moindre droit pour renouer un lien avec mes enfants qui ont été totalement séparés de leur père (moi) depuis plus de 4 ans et demi.

Une décision qui selon moi est inhumaine et se révèle, bien entendu, avoir
été totalement contraire à l'intérêt suprême de mes deux enfants qui ont été ainsi exclusivement confiés à leur mère qui a profité de ces 4 années et demi pour détruire mon image et ma place de père, ce qui est une véritable maltraitance psychologique !

Le temps de la reconstruction des liens est venu... je saisis immédiatement le Juge aux Affaires Familiales.

Au final, au delà de ma douleur d'homme et de père, et de tous mes préjudices, ma plus grande douleur est ce constat des 4 années et demi de gâchis de la vie de mes deux enfants.

Que mon histoire vous redonne espoir et vous montre qu'un père peut se battre, même face aux accusations les plus sordides, mêmes contre certains magistrats reconnus avoir été à l'origine de difficultés d'instruction, même contre certains psychologues complaisants et irresponsables... et que cela vous démontre que la justice a fini par triompher... quand on est un parent honorable et aimant il ne peut en être autrement.

Cela redonne aussi confiance envers cette institution, d'une lenteur inhumaine, qui s'appelle "justice", une institution gravement ébranlée, notamment par l'affaire Outreau, mais dans laquelle il y a bien évidemment aussi des magistrats de grandes qualités, impartiaux, clairvoyants, humains et justes.

Par respect pour moi et pour mes enfants, que ceux et celles qui n'ont pas vécu ce que j'ai traversé se gardent de me contredire, et qu'ils ou elles se donnent la peine de lire toute mon histoire avant d'apporter leurs commentaires...

Bon courage à vous tous et toutes dans vos procédures respectives

"Un papa parmi d'autres" qui n'a jamais laissé tomber ses enfants.

Ce témoignage est libre de droit et je vous invite à le faire circuler le plus largement possible

NB : Pour tout contact autre que personnel merci de contacter Gérard REVEREND, président de l'association [Les Papas = Les Mamans] qui défend, entre autres, mes intérêts.

 



 

Mardi 5 Déc 2006, 19:16    Sujet du message: Pas de cassation



Bonjour à tous,

Des nouvelles de ma procédure. Mon avocat a reçu le certificat de non pourvoi en cassation, c'est au moins un moyen que la mère de mes enfants n'utilisera pas pour continuer sa stratégie d'exclusion parentale qui perdure depuis près de 5 ans !

Mon avocat planche actuellement sur les procédures à engager pour obtenir réparation de mes préjudices mais surtout pour renouer "au plus vite" des liens avec mes enfants... vous comprendrez que je sois plutôt discret pour ne pas donner la puce à l'oreille à cette maman "si bien intentionnée" qui serait bien capable de surveiller mes écritures

Si tu me lis "L..", je te souhaite "un très joyeux Noël"

Je ne manquerai pas de revenir vous faire part de la suite, même si je n'en doute pas, la justice sera comme toujours aussi lente... il suffit de voir que les acquités d'outreau n'ont toujours pas été indemnisés pour leur détention provisoire malgré les promesses du garant des institutions de la république

NB: délai moyen pour être indemnisé pour détention provisoire injustifiée : 16 à 18 mois: elle est pas belle la justice du pays des droits de l'homme ?

A bientôt

 



 

Vendredi 9 Fév 2007, 16:52    Sujet du message: Quelques nouvelles


Encore merci à tous pour tous vos messages de soutien qui ont été dans grand réconfort durant toutes ces années, et qui m'ont donner la force et l'énergie de continuer mon combat, et qui , même si cela n'est pas complètement terminé, devrait me mener tout droit vers mes enfants dnas quelques semaines (ou quelques mois...).

Je tenais à vous faire part que je ne commence que seulement maintenant à réaliser que ce cauchemard est terminé... et ce après près de 5 longues années.

En l'état actuel des choses je n'ai toujours pas revu mes enfants mais...

Depuis le mois d'octobre, et la confirmation de ma relaxe en Appel, la maman qui m'avait accusé, a encore perdu une procédure , la 5ième (pour l'instant... dont 2 pénales et 3 civiles), elle a été condamnée à verser 700€ de dommages et intérêts (pour l'instant...) et à payer les frais d'avoués (le sien et celui de ma famille), sans parler des frais d'avocats...

Plusieurs procédures en justice sont actuellement en cours et en préparation pour obtenir réparation et dénoncer toutes ces manoeuvres inhumaines et destructrices.

Dans l'attente, je prépare la chambre de mes enfants pour les accueillir chez moi... le plus tôt possible.

Courage à tous, il faut tenir bon, le boomerang revient toujours vers celui qui l'a lancé :

- en bien vers celui (ou celle) qui a agi avec cœur dans l'intérêt des enfants
- en mal vers celui (ou celle) qui a agi avec hargne et méchanceté et dans le désintérêt des enfants


A bientôt pour d'autres bonnes nouvelles.

PS : espérons que l'intervention de ce père courageux (Frédéric POITOU je crois...) qui a publiquement interpelé Nicolas SARKOZY hier dans la nouvelle émission politique de TF1 « J'ai une question à vous poser », portera ses fruits en matière de lutte contre l'exclusion parentale, et notamment au regard de la faiblesse de la justice à poursuivre comme il se doit les parents responsables de ses exclusions par tous moyens : non-représentation d'enfants, déménagement injustifié, accusations mensongères de pédophilie et autres, etc... et que d'autres candidats à l'élection présidentielle de 2007 seront inspiré(e)s par cette intervention et ce sujet prégnant qui touche la famille.




Jeudi 28 Juin 2007, 10:02    Sujet du message: Droits parentaux, image et place du père


Bonjour,

L'audience devant le Juge aux Affaires Familiales qui ordonnera les dispositions prises pour restaurer mes droits, mon image et ma place dans la vie de mes enfants (nb: après 5 ans et demi d'injuste et totale séparation conséquence directe des accusations mensongères portées à mon encontre par mon ex-épouse, mère de nos enfants) a bien eu lieu le 6 juin dernier.

Les multiples manœuvres de la mère pour repousser autant que faire ce peut la tenue de cette audience en référé ont fait qu'il s'est écoulé 4 mois entre le moment de son assignation et la tenue effective de cette audience !

Je rappelle que j'ai été définitivement relaxé (en octobre 2006) d'accusations mensongères d'abus sexuels que j'aurais selon mon ex-épouse commis sur notre fille, accusations portées ontre moi en février 2002 et qui m'ont valu deux mois et demi de détention provisoire et une mise en examen de plus de 3 ans...

Ces accusations étaient survenues 12 jours après que j'ai annoncé à ma femme mon intention de la quitter !

Je rappelle aussi que l'instruction menée a fait l'objet de difficultés officiellement reconnues par suite d'un courrier adressé au Garde des Sceaux... et que la juge d'instruction qui était en charge de ce dossier a été déssaisie de ce dossier après deux ans d'instruction, au motif que ses enfants étaient dans la même école que ma fille !!!

Depuis que celle-ci m'avait mis en examen, et jusqu'à son dessaisissement (soit durant deux ans), cette juge d'instruction ne m'avait jamais auditionné ; en tout et pour tout, en plus de 3 ans de mise en examen, je n'ai été entendu qu'une fois durant 3 heures, cela se passe de commentaires...

C'est ainsi que cette affaire pénale aura duré en tout 4 ans et demi : j'ai été relaxé une première fois en mai 2005, la mère ayant fait appel et ayant tout fait pour repousser l'audience en appel... j'ai été relaxé une seconde fois 17 mois plus tard, définitivement, soit en octobre 2006.

Je n'ai actuellement toujours pas pu revoir mes enfants, cela fait 5 ans et demi, à l'époque mes enfants avaient 1 et 4 ans, ils en ont aujourd'hui 6 et 9...

Selon plusieurs témoignages leur mère leur ferait toujours croire que je suis en "prison" pour me faire passer pour un méchant et leur faire peur à l'idée de me retrouver !

* * *

J'attends évidemment avec impatience et confiance le délibéré de l'audience qui s'est tenue devant le JAF le 6 juin dernier, la décision doit arriver ces jours-ci.

Je vous tiendrai au courant...

A bientôt



 

 

Lundi 9 Juil 2007, 7:39    Sujet du message: Un petit pas pour l'humanité


Bonjour Altéa, Tessman37, Gilbert et tous les autres...

Les choses avancent doucement mais surement... le JAF m'a restitué mon autorité parentale provisoirement suspendue il y a 5 ans considérant que toutes les conditions pour ordonner l'autorité parentale conjointe sont remplies

En revanche et provisoirement encore, le JAF ne m'a en l'état accordé aucun droit de visite et d'hébergement (il en a provisoirement prorogé la suspension) considérant que compte tenu des conditions de la séparation d'entre les enfants et moi (rappel: accusations mensongères de la mère à mon égard), il convenait d'être conseillé par un spécialiste pour définir les meilleures conditions possibles à la fixation de mon droit de visite et d'hébergement : à cet effet un expert psychologue a été mandaté par le JAF pour pratiquer une expertise psychologique de mes enfants en y associant leur père et mère pour :

- "évaluer l'existence ou non de difficultés psychologiques chez les enfants, comme chez les adultes (NB: père et mère), et les mobiles intellectuels et motivations affectives qui inspireraient leurs conduites actuelles",

-"fournir un avis circonstancié sur les modalités d'exercice de l'autorité parentale au regard de l'intérêt du ou des enfant(s)"

La fixation définitive de mon droit de visite et d'hébergement se fera à l'issue de cet expertise, soit... dans quelques mois !

Je reprends petit à petit ma place de père auprès de mes enfants, aujourd'hui c'est encore un pas de fait vers nos prochaines retrouvailles.

A bientôt

 

 

 

Jeudi 22 Nov 2007, 17:40    Sujet du message: Les méfaits du tarif "femme de ménage"


Bonjour à tous,

L'audience JAF à l'issue de laquelle un droit de visite et d'hébergement sur mes enfants devait m'être fixé, a été reporté au motif que l'expert judiciaire mandaté pour pratiquer l'expertise psychologique de mes enfants (et ainsi informer le JAF des meilleures conditions de restaurations des liens père / enfants) ne s'est tout simplement pas manifesté !

L'expert psy avait été mandaté par le JAF en juin 2007 et devait rendre ses conclusions pour le 31 octobre 2007 !!!

Voila ce qui arrive lorsque l'on paye un expert au tarif d'une femme de ménage (avec tout le respect que je peux avoir pour une femme de ménage ).

Audience reportée en février 2008, cela fera 6 ans que je n'ai pas revu mes enfants par suites des accusations mensongères portées à mon encontre et de leur traitement judiciaire !

Chapeau.

Madame DATI vous avez du boulot pour réformer le fonctionnement de la justice !!!

 

 



Jeudi 10 Avr 2008, 15:01    Sujet du message: Les dernières nouvelles


Bonjour à tous,

Merci à Altéa, Menier, Maat, Papade2ptitsbouts et tous les autres de votre soutien.

Je ne vois toujours pas mes enfants... alors que ma relaxe définitive qui a fait suite aux accusations mensongères dont mes enfants et moi avons subi toutes les conséquences) est intervenue... il y a un demi et demi (après 4 ans et demi de procédure pénale !).

Mon autorité parentale restaurée il y a près d'un an ne m'a concrètement pas apportée grand chose, la mère de mes enfants ne m'a associé en rien aux décisions relatives à leur éducation, santé, loisirs etc... Toutefois (et c'est très important à mes yeux) cela m'a permis de rencontrer le directeur d'école de mes enfants, de visiter l'école, leurs classes, je reçois aussi maintenant régulièrement les résultats scolaires de mes enfants, qui ont de bons résultats, je suis fier d'eux.

J'ai réussi à récupérer quelques uns de leurs dessins, quelques travaux manuels, c'est un vrai trésor pour moi, tout cela a trouvé bonne place dans la chambre que je leur ai déjà préparée.

Côté expertise psychologique (celle qui conditionne la fixation de mes retrouvailles avec mes enfants) bien qu'ordonnée en juin 2007, le rapport de cette expertise n'est toujours pas connu à ce jour, et pour cause...

La partie adverse a fait en sorte que cette expertise ne puisse pas avoir lieu, et depuis juin 2007 ce ne sont pas moins de 3 nouvelles dates d'audience qui ont été successivement fixées par le JAF pour cause de non-réalisation de cette expertise (!!!) retardant d'autant la décision de ce même juge qui attend (donc patiemment... ) que ce rapport arrive, pour enfin fixer les conditions de mon droit de visite et d'hébergement.

Face à tout cela, je reste confiant, je reste patient, je continue à écrire régulièrement à mes enfants (sans réponse Sad), je pense chaque jour qui passe à eux, je les aime très fort et continue à me préparer à les retrouver et à tout reconstruire avec eux.

Cela fait plus de 6 ans que nous ne nous sommes plus revus, je sais que nous nous reverrons un jour ou l'autre, le plus tôt sera le mieux, et à compter de ce jour là ce sera tous les jours Noël.

Courage à tous, quelles que soient vos histoires, il faut rester fort pour nos enfants.

A bientôt...

 

 

 

Lundi 28 Juil 2008, 9:27    Sujet du message: Expertise et droit de visite


Bonjour à tous,

et encore "merci" de votre soutien

Je viens d'obtenir un droit de visite sur mes enfants, en point rencontre, je vais enfin pouvoir les revoir après plus de 6 ans d'injuste séparation :

- 2002 : Alors que je viens de lui annoncer que j'ai été voir un avocat pour divorcer, la mère de mes enfants (mon épouse à l'époque) m'accuse de prétendus abus sexuels que j'aurais commis, selon elle, sur l'un de nos enfants ; pour rappel, la justice de l'époque est en pleine psychose de l'affaire Outreau, ni une, ni deux, je suis mis en examen puis placé en détention provisoire (libéré deux mois et demi plus tard). Il s'en suit une interminablement lente procédure judiciaire au cours de la laquelle je ne suis entendu qu'une seule fois, 3 heures, en plus de 3 ans !
- 2005 : Je suis relaxé des accusations portées contre moi par mon épouse (elle fait appel et s'attache à retarder la bonne tenue de l'audience en appel, qui ne peut avoir lieu que 17 mois plus tard)
- fin 2006 : Ma relaxe est confirmée en appel, après 4 ans et demi de procédure pénale... la décision est définitive
- Début 2007 : J'entame une procédure devant le juge aux affaires familiales en vue de voir restaurer mes droits parentaux ("provisoirement" suspendus depuis 2002 !)
- Juin 2007 : le JAF me restitue mon autorité parentale (ce qui à ce jour encore ne m'a rien apporté au quotidien, puisque la mère continue de m'exclure totalement de toute décision concernant les enfants et qu'elle ne donne jamais suite à mes tentatives pour restaurer une indispensable communication entre parents!) ; le juge ordonne parallèlement une expertise psychologique pour pouvoir statuer sur mon droit de visite.

Il s'en suit 3 reports d'audience par suite des manœuvres dilatoires de la mère qui a tout fait pour empêcher la bonne tenue de cette expertise, retardant d'autant la décision du JAF

- Fin 2007 je suis indemnisé pour la détention provisoire injustifiée que j'ai subie à hauteur de 250€ par jour de détention.
- Avril 2008 : Le rapport d'expertise psy est enfin arrivé, il met en lumière les conséquences sur les enfants d'un discours (de l'entourage maternelle) "peu élogieux" concernant "le père" ; les conséquences de ces accusations mensongères, et notamment celles de la destruction de l'image et la place du père dans l'esprit des enfants, font qu'il parait vain de vouloir remettre en cause le fonctionnement mental (notamment) de la fillette, dans lequel son identification en tant que victime, a été prépondérante, renforcée par une longue prise en charge psychothérapique, apparemment orientée, dont elle a bénéficiée (nb: par une psy unilatéralement choisie par la mère dès le début de la procédure pénale)

- Fin avril 2008 : plaidoiries des deux parties devant le JAF au sujet de la restauration du droit de visite
- Mi juillet 2008, l'ordonnance du JAF est rendue, le JAF rappelle que les parents exercent en commun de plein droit l'autorité parentale sur les enfants, il rappelle que les père et mère devront prendre d'un commun accord touts les décisions importantes concernant la vie des enfants, fixe au profit du père un droit de visite en point rencontre à raison de 2 samedis par mois pendant 1 an tout en mentionnant :

"il ne saurait être question de priver le père de tout droit de visite sur ses enfants, et il ne saurait être question de retenir les arguments de la mère, tendant à réintroduire indirectement le débat sur les faits d'agressions sexuelles pour lesquels le père fut relaxé, en versant au dossier des pièces de procédures pénales, en vue de faire croire que le père ne présenterait pas les conditions requises pour bénéficier d'un droit de visite sur ses enfants"

"Le droit de visite à instaurer au profit du père, ne saurait faire abstraction de la souffrance psychologique de l'enfant XX, telle que constatée par l'expert"

"La précarité de l'organisation du Moi peut être mise en relation avec le vécu traumatique allégué, longtemps entretenu par les incertitudes de la
procédure judiciaire.. l'enfant s'est structurée en fonction de ce passif, vécu et intégré comme réel"!

On voit malheureusement ici les graves conséquences destructrices d'une stratégie d'accusations mensongères d'abus sexuels doublée d'une inhumaine lenteur judiciaire : un enfant qui suit malgré lui un long cheminement judiciaire suite à de fausses révélations d'abus sexuels portées par l'un de ses propres parents, n'en ressort jamais indemne !

Quoiqu'il en soit, le Juge aux Affaires Familiales vient de m’octroyer un droit de visite, en point rencontre, les retrouvailles sont iminentes, tous nos liens sont à reconstruire... mais il y de quoi retrouver le sourire

...

Dimanche 26 Avr 2009, 20:19 Sujet du message: Les news ...     

Bonjour à tous et toutes,

je reviens vers après de nombreux mois d'absence...

Je souhaite toujours et encore vous dire "merci" pour tout le soutien que vous m'exprimez, pères comme mères, à la suite de mes témoignages, ici et là, sûr les autres sites qui ont repris ce fil de discussions.

Vos soutiens font toujours chaud au coeur et j'en ai toujours besoin...

Vu la longueur de ce fil de discussion je me sens obligé de faire un "mini résumé" de "mon "histoire", sinon ceux et celles qui le prennent en cours de route risquent de ne pas comprendre grand chose, et mon témoignage n'aurait pas le but escompté : faire savoir ce qui peut se passer lors des séparations conflictuelles (de part l'attitude de certains parents, mais aussi de la justice française qui malgré le tsunami de l'affaire Outreau, et de multiples réformes, ne me semble pas avoir tiré les enseignements de ses dysfonctionnements, ni de la toute puissance trop incontrôlée des juges qui pour certains, c'est ce que je pense, me semblent inhumains, incompétents, irresponsables, voire les 3 à la fois...).

- 2002 : Alors que je viens de lui annoncer que j'ai été voir un avocat pour divorcer, la mère de mes enfants (mon épouse à l'époque) m'accuse de prétendus abus sexuels que j'aurais commis, selon elle, sur l'un de nos enfants ; pour rappel, la justice de l'époque est en pleine psychose de l'affaire Outreau, ni une, ni deux, je suis mis en examen puis placé en détention provisoire (libéré deux mois et demi plus tard). Il s'en suit une interminablement lente procédure judiciaire au cours de la laquelle je ne suis entendu qu'une seule fois, 3 heures, en plus de 3 ans !
- 2005 : Je suis relaxé des accusations portées contre moi par mon épouse (elle fait appel et s'attache à retarder la bonne tenue de l'audience en appel, qui ne peut avoir lieu que 17 mois plus tard)
- fin 2006 : Ma relaxe est confirmée en appel, après 4 ans et demi de procédure pénale... la décision est définitive
- début 2007 : J'entame une procédure devant le juge aux affaires familiales en vue de voir restaurer mes droits parentaux ("provisoirement" suspendus depuis 2002 !)
- juin 2007 : le JAF me restitue mon autorité parentale ; le juge ordonne parallèlement une expertise psychologique pour pouvoir statuer sur mon droit de visite.
- juin 2008 : le JAF confirme mon autorité parentale (et à ce jour encore cela ne m'a rien apporté au quotidien, puisque la mère continue de m'exclure totalement de toute décision concernant les enfants et qu'elle ne donne jamais suite à mes tentatives pour restaurer une indispensable communication entre parents!), le JAF précise :"il ne saurait être question de priver le père de tout droit de visite sur ses enfants, et il ne saurait être question de retenir les arguments de la mère, tendant à réintroduire indirectement le débat sur les faits d'agressions sexuelles pour lesquels le père fut relaxé, en versant au dossier des pièces de procédures pénales, en vue de faire croire que le père ne présenterait pas les conditions requises pour bénéficier d'un droit de visite sur ses enfants", le JAF ordonne enfin un droit de visite à mon profit sur mes deux enfants (en point rencontre!) pour un an.

Depuis l'été 2008, il s'est passé "beaucoup" et "peu de choses" à la fois, tout dépend d'où on se place pour apprécier les "avancées".

7 ans après que j'ai été injustement accusé par mon ex-épouse voici où j'en suis aujourd'hui :

- suite à l'ordonnance JAF rendue en 2008, il m'a fallu attendre encore 5 mois avant que le droit de visite en point rencontre débute !
- mon droit de visite se révèle mitigé, d'un côté je n'ai toujours pas revu l'un de mes deux enfants celui sur qui j'avais été mensongèrement accusé (il refuse catégoriquement de me revoir... voilà le résultat de tant d'années de conditionnement), en revanche je revois régulièrement mon deuxième enfant qui avait 1 an la dernière fois que je l'ai vu (il a aujourd'hui 8 ans !). Autant dire que l'on ne se connaissait pas du tout, et que nous avons tout à apprendre l'un de l'autre. Cela fait 6 mois que nous nous revoyons, une fois par mois pendant 1 heure, ça se passe très bien, je suis agréablement surpris de voir à quel point nous en sommes arrivés en seulement quelques heures passées ensemble.

Evidemment je souffre beaucoup de ne pas voir mon deuxième enfant (qui a presque 12 ans)... je reste malgré tout confiant en l'avenir et crois qu'un jour ou l'autre il reviendra vers moi, je serais là...

En l'état actuel des choses, je ne me sens pas vraiment aidé: surtout pas par la justice qui est loin d'être irresponsable dans tout ce qui s'est passé, et tout ce qui ne s'est pas passé, depuis 7 ans (aucune de mes plaintes n'a été instruite, pas même celle pour "dénonciation calomnieuse" ! La seule procédure qui a abouti est celle de mon indemnisation pour détention injustifiée), idem pour les personnes du point rencontre qui me semblent se contenter de faire le minimum, et incapables de gérer les cas difficiles. J'ai parfois l'impression que les JAF ordonnent les points rencontres comme si c'était une solution "miracle" mais surtout faute d'être capable de trouver mieux ou de s'en donner la peine. Il est clair que le point rencontre n'est pas une solution pour un enfant conditionné depuis des années par l'un de ses parents dans une histoire comme "la mienne", et je sais que ce genre d'histoire n'est pas une exception.

Avec le temps qui passe j'ai l'impression que j'ai toujours "un peu plus de cicatrices"... je reste fort, patient, confiant, même s'il y a des hauts et des bas...

Nos enfants ont besoin de nous, rien ne justifie selon moi de baisser les bras.
_________________
PAPA innocenté au pénal en octobre 2006 après 4 ans et demi de procédure, père de 2 enfants, totalement séparés de leur père de février 2002 à octobre 2007